Les lycéens de Cluny au lieu de mémoire du Chambon-sur-Lignon

Le 27 janvier, un groupe d’élèves du lycée La Prat’s de Cluny s’est rendu au Chambon-sur-Lignon, dans la Haute-Loire (Auvergne) pour commémorer la journée internationale de la mémoire de l’Holocauste.

Pourquoi le Chambon-sur-Lignon ?
Le Chambon-sur-Lignon et sa région est l’une des deux seules collectivités (avec un village néerlandais et un pays, le Danemark) à avoir été reconnu “Juste parmi les nations” par le mémorial de Yad Vashem à Jérusalem, en hommage à l’action des habitants pendant la Seconde guerre mondiale.
Les historiens parlent de “Montagne-refuge” pour qualifier le plateau Vivarais-Lignon. Dès 1937 en effet, le “Plateau” a accueilli des réfugiés espagnols, puis de nombreux Juifs fuyant le nazisme (dont une majorité d’enfants), et encore plus tard des réfractaires au STO (le service du travail obligatoire). Dans cette région à majorité protestante (le Chambon-sur-Lignon a abrité le célèbre collège Cévenol, un lycée d’enseignement privé à la réputation internationale), le mouvement d’aide et d’hébergement des réfugiés s’est rapidement diffusé à tous les villages des alentours, sensibilisés par les pasteurs.

Pourquoi le 27 janvier ?
La journée internationale de la mémoire de l’Holocauste a été instituée en 2005 par l’ONU à la date du 27 janvier, jour de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau par l’armée soviétique en 1945.

Qui sont les ambassadeurs de la mémoire ?
Le réseau des jeunes ambassadeurs de la mémoire de la Shoah existe depuis 2015, à l’initiative du Mémorial de la Shoah. Il regroupe onze lieux de mémoire en France, dont le Plateau du Chambon-sur-Lignon, qui organisent des manifestations communes chaque 27 janvier. Ce réseau permet à des jeunes de s’engager pour porter l’histoire et le souvenir d’un des lieux du réseau, dans le cadre de projets pédagogiques menés dans les établissements scolaires. C’est ainsi que neuf élèves volontaires du lycée de Cluny sont devenus “ambassadeurs” du lieu de mémoire du “Plateau” dans le cadre de la saison 2 du projet “Matricule 35494, mémoire et responsabilités”.

Quel est le rôle des lycéens de Cluny ?
Après avoir bravé la neige, le verglas et bien d’autres péripéties (qu’ils racontent avec humour sur leur blog), les lycéens de Cluny ont présenté un texte lors de cette journée de commémoration au Chambon-sur-Lignon. Leur travail s’est concentré sur la vie de deux femmes résistantes, Marie-Louise Zimberlin et Dora Rivière. La première, bien connue des Clunisois, était professeur de français à La Prat’s lorsqu’elle a été arrêtée en plein cours le 15 février 1944, puis déportée à Ravensbrück (elle décèdera à Annemasse à son retour des camps, épuisée, sans avoir pu revenir à Cluny).
La seconde, médecin, a participé au sauvetage d’enfants, juifs ou non, à Saint-Etienne, organisant les passages et le transport de matériel. Elle est dénoncée et arrêtée le 6 octobre 1943 et déportée également à Ravensbrück, dont elle reviendra en 1945. Elle fut très active dans la mémoire de son plateau natal, jusqu’à sa mort en 1983.

Ce que l’on savait moins, c’est que les deux femmes ont connu un destin croisé : toutes deux originaires de la Loire, elles ont fréquenté le même lycée à Saint-Etienne, et ont toutes deux été déportées Ravensbrûck. La similitude de leurs parcours a poussé les lycéens de Cluny à s’engager pour leur mémoire, et à retracer leur histoire. A l’aide d’archives et de témoignages, ils ont écrit et mis en scène un texte, qui a été présenté au Chambon-sur-Lignon ce 27 février 2017, en présence des descendants de Dora Rivière.

Au même moment, un second groupe de lycéens était à Paris, au Mémorial de la Shoah, pour y recevoir les diplômes d’Ambassadeurs de la mémoire des mains de la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem.

Le très beau texte des lycéens sur Marie-Louise Zimberlin et Dora Rivière est à découvrir en intégralité sur le blog du projet Matricule 34494 : http://clun.yt/2mQXM9K

Soyez le premier à publier un commentaire.