Lucie Aubrac : retour sur la vie d’une figure de la Résistance

Célèbre résistante décédée en 2007, Lucie Aubrac aurait eu 100 ans en 2012. Ces cendres reposent désormais au cimetière de Salornay-sur-Guye.

Née le 29 juin 1912 à Paris, Lucie Aubrac (de son vrai nom Lucie Samuel) était issue d’une famille de cultivateurs clunisois : son père, Louis Bernard est né à Salornay-sur-Guye, et sa mère, Louise Vincent était issue d’une famille de vignerons pauvres de La Chapelle-de-Guinchay. Au moment de sa naissance, ses parents travaillent à Paris, lui comme jardinier, elle dans un bistrot.
Elève brillante (elle réussit l’agrégation d’histoire-géographie du premier coup en 1938), Lucie Bernard s’engage dans les Jeunesses communistes dès 1932, dont elle reviendra membre du bureau de Paris-Ville quelques années plus tard. Nommée professeur à Strasbourg, elle y rencontre Raymond Samuel, ingénieur des ponts-et-chaussées, qu’elle épousera en décembre 1939.

En août 1940, elle organise la première évasion de son mari, devenu Raymond Aubrac dans la Résistance, fait prisonnier de guerre à Strasbourg. Le couple rejoint alors Lyon, où il rencontre Emmanuel d’Astier de La Vigerie qui a fondé quelques mois plus tôt le groupe clandestin « La dernière Colonne », qui deviendra « Libération-Sud », l’un des plus importants mouvements de résistance après « Combat ». Le premier enfant de Lucie et Raymond Aubrac, Jean-Pierre, naît en 1941.

Le 15 mars 1943, Raymond Aubrac est arrêté par la police lyonnaise. En se faisant passer pour une envoyée des services gaullistes, Lucie Aubrac réussit une deuxième fois à faire libérer son mari deux mois plus tard.

A nouveau, le 21 juin 1943, Raymond Aubrac est arrêté par la Gestapo (notamment en compagnie de Jean Moulin), et emprisonné à la prison Montluc de Lyon. Trompant Klaus Barbie, Lucie Aubrac réussit à rencontrer son mari en prison pour élaborer son évasion, qui aura lieu le 21 octobre lors d’un transfert avec d’autres résistants.

Recherchés par la Gestapo suite à cette troisième évasion réussie, Lucie (enceinte de son deuxième enfant) et Raymond Aubrac gagnent Londres le 8 février 1944, où ils prennent de nombreuses fonctions dans les mouvements de Résistance.

Après la libération, Lucie Aubrac reprendra son activité d’enseignante dans les lycées, tout d’abord en France, puis au Maroc et à Rome, suivant les différents postes de son mari. Elle poursuivra également son engagement militant dans diverses causes.

A la retraite, le couple Aubrac rejoint Paris en 1976. Lucie Aubrac publie en septembre 1984 un livre autobiographique intitulé « Ils partiront dans l’ivresse » dans lequel elle revient sur l’évasion de 1943. Elle fera alors plusieurs apparitions dans les médias et donnera de nombreuses conférences, notamment dans les lycées.

Le réalisateur Claude Berri lui consacre un film éponyme en 1997, dans lequel elle est interprétée par Carole Bouquet, et son mari par Daniel Auteuil.

Lucie Aubrac est décédée il y a exactement cinq ans, le 14 mars 2007 à Paris, à l’âge de 94 ans. Après que les honneurs militaires lui ont été rendus lors de ses obsèques aux Invalides, et conformément à sa volonté, ses cendres ont été transférées au cimetière de Salornay-sur-Guye, lieu de naissance de son père.

Pour en savoir plus, consultez la fiche Wikipedia de Lucie Aubrac.

Soyez le premier à publier un commentaire.