12 commerces Clunisois qui n’ont pas bougé depuis 100 ans

Faire commerce à Cluny, ça nous connaît ! Et contrairement à ce qu’on peut penser, il y avait beaucoup plus de commerces, hôteliers, restaurateurs, artisans et bistrotiers au début du 20e siècle que maintenant ! Il n’y a pas si longtemps, la rue principale accueillait encore un accordeur de piano, un menuisier…

Pour suivre cet itinéraire, rendez-vous sur la place des fossés, vous remonterez la ville jusqu’au champ de foire avant de redescendre à votre point de départ.

Le Cheval blanc

Comme beaucoup de villes en France, Cluny à son auberge du Cheval blanc. Selon certains historiens, cette tradition vient de l’antiquité, où un cheval à la robe immaculée est un symbole porte bonheur. Pour d’autres, l’origine est plus pratique : les maîtres de postes préféraient les chevaux clairs car ils sont visibles plus facilement dans l’obscurité.
L’enseigne “Au Cheval blanc” signalerait donc les auberges et restaurants en survivance des anciens relais de poste. Une explication tout à fait plausible pour l’établissement de Cluny, justement situé au bord de la grand’ route à l’entrée de Cluny !

Voir aujourd’hui

La buvette du Commerce

À Cluny, le commerce est si important qu’il a sa place dès l’entrée de la ville ! Cette grande place en triangle dirige naturellement les visiteurs arrivés par la route principale vers les petites rues du centre ancien, où se déploient de nombreuses boutiques.
Juste à droite, la petite “buvette” de la place du commerce s’est étendue sur toute la façade aujourd’hui, et porte le nom de “café de Paris”.

Voir aujourd’hui

L’hôtel du Commerce

La place du commerce a bien évidemment son “hôtel du commerce”, qui accueille sans aucun doute des voyageurs… de commerce. Si le joli décor du rez-de-chaussée et l’enseigne peinte ont disparus, les persiennes sont toujours là !

Voir aujourd’hui

Le tabac de la rue Filaterie

Juste à la sortie de la place du commerce, on entre dans la rue Filaterie et le voyageur y trouve le premier tabac de la cité, situé juste en face de l’imposante fontaine au fronton dorique. Rien n’a bougé aujourd’hui : ni la fontaine, ni le bureau de tabac !

Voir aujourd’hui

Café de la Nation

On continue de remonter la rue principale jusqu’à une petite placette, en réalité un ancien carrefour libéré par la destruction de l’immeuble qui séparait les deux rues. C’est là que s’est installé la café de la Nation (et non, il ne s’agit pas de la “place de la nation”, même si tout le monde l’appelle ainsi !).
La charcuterie au pignon aveugle est aujourd’hui une chocolaterie. Et si la fontaine est toujours ici, le buste du peintre Pierre-Paul Prud’hon qui l’ornait a aujourd’hui son piédestal à côté de l’église Saint-Marcel.

Voir aujourd’hui

Le Grand bazar


Nous voici sur la place du petit marché, où les commerces sont foison au pied de l’église Notre-Dame. Le plus imposant est sans aucun doute le grand bazar “À la ville de Cluny”, le premier grand magasin de Cluny, comme il en fleuri dans toutes les grandes villes à la fin du 19e siècle. Le grand bazar Clunisois est ainsi une réplique (en plus modeste) d’un célèbre magasin lyonnais : le grand bazar “À la ville de Lyon”.
Le “grand bazar” est aujourd’hui un “petit Casino” qui a malheureusement perdu sa belle réclame en façade. Pas certain cependant que vous y trouviez de la ferblanterie ou de la bonneterie 😉

Voir aujourd’hui

Le tabac de la poste

Toujours sur la place du petit marché, le tabac de la poste fait l’angle avec la rue Saint-Odile qui remonte vers le massif hôtel des PPT juste à gauche, dont le jardin était alors clos de murs. La poste a déménagé à la toute fin du 20e siècle pour céder sa place à la perception, mais le tabac est toujours là !

Voir aujourd’hui

La pâtisserie de la rue Lamartine

Retournez vous d’un quart de tour vers la gauche : face à l’entrée du grand bazar sur la rue Lamartine, une grande pâtisserie – confiserie fait l’angle, avec une façade recouverte de boiseries. Pas grand chose n’a bougé aujourd’hui, sauf peut-être les stores qui ont disparu. C’est aujourd’hui une boulangerie-pâtisserie… la confiserie étant située juste à côté !

Voir aujourd’hui

La pharmacie Daclin

Faites encore un quart de tour à  gauche, pour vous retrouver dans la rue municipale. Cette petite rue qui se dirige vers la “Z’enfer” (la grille “en fer” qui ferme l’accès à l’école des Arts) continue de déployer le même motif de boiseries sur les façades des commerces. Juste après le café “Chez Sissis”, voici la pharmacie. Rien n’a changé depuis !

Voir aujourd’hui

Le restaurant Robin

Nous voici désormais tout en haut de la rue principale. Au sortir de la rue du Merle, le restaurant Robin fait l’angle avec la place du champ de foire. Comme son nom l’indique, le champ de foire était le lieu d’une intense activité rurale, mais il était également le grand carrefour du nord-ouest de la ville, ce qui explique qu’il abritait rien de moins que quatre cafés et restaurants. Celui-ci est le dernier à être encore en activité.

Voir aujourd’hui

L’hôtel de Bourgogne

Retour vers l’abbaye pour terminer notre périple. Installé en plein cœur des ruines de la grande église, l’hôtel de Bourgogne était le lieu de villégiature habituel de l’archéologue américain Kenneth John Conant. Venu de Harvard, il consacra sa vie à “redécouvrir” l’abbaye de Cluny, passant ses journées à fouiller et ses nuits à rédiger ses conclusions depuis sa chambre d’hôtel avec vue sur le clocher de l’Eau bénite.

Voir aujourd’hui

L’hôtel de l’abbaye

En longeant les remparts de la ville médiévale, on revient vers la place des fossés et, un peu plus loin en direction de la gare, à l’hôtel de l’abbaye. Curieux nom pour un emplacement bien loin de l’abbaye elle-même ? C’est que la photo est bien plus récente, et date d’après les années 50.
Le 11 août 1944, l’armée allemande bombarde Cluny. Par chance, l’abbaye est épargnée, mais pas l’hôtel situé juste en face sur la place. À la fin de la guerre,  les propriétaires de l’établissement décident de reconstruire, mais plus au sud, le long de l’avenue de la gare. Ils conservent cependant le nom historique, en clin d’œil à l’histoire.

Voir aujourd’hui

Nous voici de retour à notre point de départ, après ce petit parcours à la rencontre des commerces clunisois. Il ne vous reste plus qu’à recommencer… pour leur rendre visite pour vos prochains achats !

Soyez le premier à publier un commentaire.