Exposition : Le Venezuela s’invite à l’abbaye de Cluny

Jusqu’au 8 mai 2017, l’abbaye de Cluny invite l’artiste venezuelien Luis Alberto Hernandez a exposer ses oeuvres sur les murs du farinier. On a été découvrir l’exposition pour vous.

Ce qui frappe d’abord, c’est la couleur : rouge, orange, or. Puis l’on se rapproche, et l’on découvre l’écriture, élément central de l’oeuvre de Luis Alberto Hernandez. Né en 1950 à Puerto La Cruz, ville côtière au nord-est du Venezuela, l’artiste a fait le tour du monde, pour exposer dans les plus grandes institutions mondiales, en France, en Allemagne, en Angleterre, en Suisse, aux États-Unis d’Amérique… Il collabore également avec l’Unesco depuis 1996, pour la création de maisons d’artistes en Amérique Latine et dans la zone des Caraïbes.

Les oeuvres exposées à Cluny font partie de la série “Poétique de la mélancolie”, un voyage initiatique entre toutes les cultures du monde, dont naît une spiritualité universelle.

La dimension symbolique des couleurs est essentielle. […] Pour exemple, l’or signifie la fascination des hommes pour ce qu’ils veulent avoir, le rouge quant à lui rappelle le sang mais aussi la passion, le bleu renvoie à la spiritualité comme en Chine.

Invité par l’association Carora France, basée à Cluny, Luis Alberto Hernandez met en résonance son oeuvre avec l’architecture et les chapiteaux de la grande église abbatiale, qui eux aussi racontent une histoire.

[Dans ses oeuvres] l’écriture atteint presque le statut d’icône. Les langues se réunissent. L’artiste organise les écritures dans un contexte visuel qui navigue entre singulier et composé : un symbole, un mot, un texte se détache des autres, mis en relief, tout en faisant partie intrinsèquement du tout.

L’exposition est à voir jusqu’au lundi 8 mai 2017, intégrée à la visite de l’abbaye de Cluny.

Soyez le premier à publier un commentaire.