Cluny ne cède pas au lobby anti-légumes

Alors que les cantines sans légumes se multiplient partout dans l’hexagone, le maire de Cluny a décidé de ne pas céder aux pressions, et rejoint le mouvement national "Des légumes dans ma fourchette".

Les petits Clunisois mangeront encore des légumes à la rentrée dans les cantines. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Les parents qui réclamaient une cantine 100% graines lors du dernier conseil d'école n’auront pas eu gain de cause.

Le maire, Robert Gué, assume et réfute les accusations de conservatisme : "Nous avons été parmi les premiers à passer au 100% bio fin 2020, puis à interdire la viande, et enfin toute protéine animale dix ans plus tard. Si l’on veut que nous enfants gardent une nourriture équilibrée, les légumes sont indispensables".

Tous ne l’entendent cependant pas de cette oreille. Les défenseurs des légumes opposent des arguments bien rodés, tout droit issus des ONG pro-graines. Rencontrée à la sortie de l’école, une maman anonyme témoigne : "Les chercheurs en phytoneurologie ont prouvé depuis 2017 que les plantes sont des êtres sensibles, doués d’intelligence, et qu'elles communiquent entre elles. Lorsque vous arrachez une tomate, c’est toute la plante qui souffre, et sa douleur est transmise via les racines aux plantes voisines et à tout son écosystème (champignons, vers de terre, insectes...)".

Comme d’autres militants, elle met en avant que récolter les graines ne fait pas souffrir les plantes qui les produisent, car ces graines sont justement destinées à quitter leur plante-mère.
"Je refuse de céder à ses inepties", conteste le maire de Cluny, qui entend bien rejoindre la longue liste des élus qui dénoncent "une idéologie bien pensante, qui veut nous transformer en oiseaux mangeurs de graines".

Alors, les fruits et légumes : bons pour la santé ou mauvais pour la planète ? Du côté des scientifiques en tout cas, la question n’est pas encore tranchée...

@Eidard_Cenfreur

 

Réagissez !