[communiqué] Deux jeunes artistes équestres au Haras national de Cluny

Communiqué du Haras national de Cluny.

Le Haras national de Cluny accueille cette année deux nouvelles artistes en résidence : Anita Gil Saborido et Mégane Desesquelle. Elles accompagneront Sarah Piller, artiste en résidence sur le Haras depuis un an, pour offrir aux visiteurs, spectacles, animations et démonstrations tout au long de la saison touristique 2017.

Anita Gil Saborido
Elle commence l’équitation à l’age de 3 ans en poney-Club. Vers 12 ans, elle essaie la compétition en dressage, saut d’obstacles, TREC et endurance. Elle a plutôt de bons résultats mais l’esprit de compétition n’est pas au rendez-vous.
A 18 ans, elle décide de « prendre sa vie en main » en faisant divers petits boulots pour se payer des cours d’équitation. En 2009, elle décide de passer son BPJEPS (diplôme d’état d’enseignement de l’équitation) et une rencontre inattendue l’attend, sa jument de cœur, Perle, qu’elle décide d’acheter. A ses côtés, elle s’oriente vers le dressage en liberté et les premières figures de spectacle, conseillée par Céleste SOLSONNA, une artiste équestre qui a aussi fait une résidence au Haras national de Cluny. Elle persévère dans la voltige cosaque aux côtés de Stéphane REY-ROBERT et Luc PERRET.
Artiste “touche à tout”, elle a aussi travaillé aux côtés d’un maréchal ferrant qui lui a permis d’avoir une nouvelle approche du cheval. Cette artiste est vraiment pleine de ressources, elle joue du violon, jongle, travaille avec le feu, fait du cerceau aérien… Pendant toutes ces années, elle apprend et se forme grâce à ses lectures, observations, tentatives, échecs, réussites, patience… mais également grâce à ses nombreuses rencontres.
C’est ainsi qu’en 2016, elle arrive au Haras en tant que bénévole pour le spectacle et qu’elle rencontre Sarah PILLER, Camille KAMO et Laetitia ETTER. Elles ont été séduites par son humeur joviale et sa rage d’apprendre et l’intègrent pleinement lors du spectacle de Noël. C’est comme ça qu’elle fera ses premiers pas au Haras et que cela lui ouvrira la porte pour une résidence pour le printemps, l’automne et l’hiver 2017.

Son petit mot : “Amoureuse des rencontres, de la scène, des voyages et des chevaux, j’aimerai à long terme pouvoir monter une troupe de spectacle mélangeant divers arts et univers. Cette résidence est le premier pas vers la réalisation de ce projet”.

Ses chevaux racontés par elle :
– Perle ( jument, origine non connue, 15 ans) : “J’ai eu un véritable coup de coeur dès notre première rencontre ! Il m’a fallu ensuite trois ans pour convaincre ses propriétaires de ma la céder. Elle était trop caractérielle pour le travail de club, et moi acharnée, ils me la vendent finalement à la fin de ma formation BPJEPS. Elle est ma jument de voltige, dressage et liberté. Sans elle, je ne serais pas là aujourd’hui.”
– Farfabule (jument par Perle (ONC) et Caracas d’Eperdussin (trakkener), 2 ans) : “C’est un “cadeau” de ma jument, elle est le fruit d’une évasion de ma jument et d’un entier. Manipulée depuis son premier jour, elle est très proche de l’homme et curieuse. Elle est très bonne élève, bien que malicieuse, et fait ses premiers pas en public au Haras et promet un bel avenir.”

Mégane Desesquelle
Elle commence aussi à monter à poney à partir de 3 ans et va très vite se passionner pour le spectacle en faisant partie de petites troupes d’amateurs à partir de ses 10 ans. C’est également cette année là qu’elle décide de devenir un jour artiste équestre, en rencontrant Sabrina Sow (qui fut également en résidence à Cluny) au musée vivant du cheval de Chantilly. Depuis, cette idée ne lui a plus quitté la tête…
Adolescente, elle pratique la voltige de cirque, les jeux médiévaux à cheval, tout en continuant de prendre des cours “classiques” en centre équestre, jusqu’à 16 ans. C’est après cette période qu’elle se décide finalement à dresser seule et à l’instinct Niño, le cheval de sa famille, désireuse de connaître avec lui une relation de confiance et de liberté.
Depuis deux autres chevaux l’ont rejointe. Valentino, un poney welsh mountain, malicieux et pétillant, qui excelle en liberté et en haute école aux longues rênes. Puis Mano, pure race espagnole né en 2013, que Mégane a rencontré alors qu’il n’avait que quelques jours. Trois chevaux qui ont permis à Mégane de se produire déjà à plusieurs reprises devant le public, lors de festivals comme Cheval passion ou Equestria (où elle termine deuxième sur le podium de la piste ouverte en 2016), ou encore au Haras national de Pompadour en 2015.

Son petit mot : “Souhaitant créer des numéros originaux et poétiques, j’accorde une attention toute particulière à la mise en scène et aux costumes que je confectionne, afin d’emmener le public dans les mondes que construit mon imagination.”

Ses chevaux racontés par elle :
– Nino : “Cheval de la famille, je fais mes premiers pas, seule, dans le spectacle à ses côtés. Contre toutes attentes, il se révèle être un talent caché, un surdoué qui est maintenant mon cheval de tête.”
– Valentino (Poney Welsh Mountain) : “Petit par la taille, mais grand par le talent ! Il est très charismatique et séduit petits et grands avec ses cabrioles aériennes !”
– Mano (Pur race espagnole) : “Un véritable coup de foudre pour ce poulain joueur et proche de l’homme, qui a maintenant grandit et devient un beau cheval au mental d’or.”

Site : www.ifce.fr


0 commentaires sur “[communiqué] Deux jeunes artistes équestres au Haras national de Cluny”

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *